L’intelligence artificielle sauvera des vies au travail, Recap

Comment l’intelligence artificielle (IA) sauvera-t-elle des vies au travail ?

La semaine dernière l’INRS a partagé les résultats de la dernière Prospective sur l’usage de l’intelligence artificielle en santé et sécurité au travail.

En partant du 5ieme principe général de prévention : : « Tenir compte de l’état d’évolution de la technique » nous avons un aperçu complet sur les réflexions et les enjeux à l’horizon 2035.

L’intelligence artificielle est déjà un enjeu de développement pour Récap.

Qu’est que l’IA ?

Plusieurs définitions existent pour définir ce que l’on entends par intelligence artificielle, nous avons retenu celle publiée par la Commission européenne qui correspond davantage à notre vision chez Récap : “Le terme « IA » fait référence à des systèmes qui exhibent des comportements intelligents en analysant leur environnement et en effectuant des actions avec un certain degré d’autonomie, pour atteindre des objectifs spécifiques.” 

Quelles pourraient être les usages de l’IA en santé et sécurité

Un usage en amont.

L’IA pourra être utilisée à des fins d’étude et de recherche sur les risques professionnels en accidentologie. En effet, l’IA permettra d’agréger toutes les données statistiques disponibles des personnes exposées aux risques pour fournir des informations précises et prédire un certain nombre d’accidents en fonction d’un contexte donné.

L’idée est de pouvoir collecter puis crypter les données depuis plusieurs sources dans un objectif d’amélioration continue :

  • les déclarations d’accident du travail (AT)
  • les données des services de prévention et de santé au travail
  • les retours d’expérience intra-entreprise organisés par des groupes privés ou publics
  • les données intra-entreprise stockés sur des logiciels

L’IA sera capable également de concevoir des systèmes qui supprimeront les expositions de travailleurs à des dangers comme des robots autonomes ou de dispositifs de détection de situations à risques avant la survenue d’un dommage.

Comment encourager l’usage de l’IA

Pour accélérer le développement de ces types d’usages, plusieurs prérogatives sont nécessaires :

1️⃣ Rendre disponibles ces masses de données. 

2️⃣ Autoriser le partage et l’exploitation des données de tous les acteurs en ajoutant un cadre légal permettant de traiter ces informations dans de bonnes conditions (protection des données, compatibilité des bases…).

3️⃣ Augmenter les capacités de stockage et de traitement de ces données, en minimisant l’impact sur l’environnement

4️⃣ Optimiser les performances des outils d’IA pour fiabiliser ces ressources éclatées. 

Quels sont les bénéfices attendus ?

Faire progresser l’évaluation et l’analyse des risques permettra de nombreuses avancées en prévention et en SST

 ✅ Détecter de nouveaux facteurs (ou combinaisons de facteurs) de risques pour les accidents ou pour les maladies (AT/MP)

 ✅ Aider le ciblage des actions de prévention en fonction des circonstances des presqu’accidents.

 ✅ Prioriser les efforts de formation sur des publics plus exposés : intérimaires, nouveaux embauchés, chargés de la maintenance

L'intelligence artificielle et les risques associés
Mesurer pour prédire les AT/MP

Attention aux dérives liées à l’utilisation de l’IA.

Avoir une vigilance et une réflexion particulière de la part des partenaires sociaux et des organismes chargés de la prévention des risques professionnels. 

Il y a un risque de se focaliser sur la machine, sans évaluer les risques plus organisationnels dans l’entreprise.

Cela pourrait favoriser le développement d’approches plus coercitives que préventives, et ainsi  reporter la responsabilité sur le salarié en cas d’accident.

Avoir un usage éthique des technologies d’IA en S&ST. Éviter toutes discriminations liées à des données numérisées qui ne tiennent pas compte du facteur humain. 

L’usage de l’IA en S&ST peut conduire à développer des outils de surveillance des travailleurs et d’alerte lorsque les conditions d’un travail en sécurité ne sont pas remplies (consignes non respectées, état de santé du travailleur hors norme, etc.). Cette surveillance permanente peut générer des risques psychosociaux (RPS) et également conduire à une individualisation de la S&ST

Précisons que les accidents du travail surviennent fréquemment lors de situations atypiques par rapport au déroulement classique d’un processus de production : situations dégradées, pannes, opérations de maintenance… 

Ces situations sont souvent imprévues, donc non anticipées dans les procédures, ce qui les rend particulièrement dangereuses.

Le #RisqueZero n’existe pas,  l’IA n’étant pas en mesure d’intégrer de manière exhaustive tous les aléas qui peuvent survenir dans de nombreux contextes de travail (chantiers, grands sites industriels, travaux sur la voie publique…) cela peut également constituer une limite.

Source

https://www.inrs.fr/footer/actes-evenements/prospective-IA.html